Actus

Zoom sur… #1: Les strigoÏ

17 mai 2017

Thèmes, ,

Capture d’écran 2017-05-17 à 11.30.35

Les strigoï et les strigoïca (les femelles) sont des démons vampires de Roumanie, qui hantent principalement la province de Transylvanie. Souvent latents pendant des années sous forme d’esprits, ils finissent parfois par prendre possession d’un être vivant.  Quand leur hôte meurt, ils en choisissent un autre. Certains préfèrent occuper un cadavre fraichement enterré, rendant ainsi au mort un apparence de vie.

 

Ils pénètrent dans le corps d’un être vivant par une blessure ou une coupure. Les Roumains sont prêts à endurer la douleur d’une cautérisation au fer rouge pour éviter un tel sort.  Les morts, bien sûr, sont sans défense ; les démons prennent alors le même chemin que les vers pour envahir la dépouille.

 

Strigoï et srigoïca travaillent souvent en couple. L’un d’eux prend possession d’un hôte vivant et protège l’autre pendant les heures diurnes. Beaucoup habitent de grandes demeures isolées, où ils accumulent les richesses prises à leur hôte précédent.

 

Dès qu’ils ont pris forme humaine – à partir d’un vivant ou d’un mort-, ils se nourrissent de sang. Ils peuvent aussi manger de la viande crue, le coeur et le foie étant leurs mets favoris. 

 

Les épouvanteurs roumains ont pou habitude de déterrer les morts un an après  leurs funérailles. Si la décomposition est en cours, c’est que le défunt n’est pas possédé. En revanche, un visage encore rose et des lèvres gonflées révèlent la présence d’un démon vampire. Il faut alors couper la tête du cadavre et la brûler.

 

Il existe de multiples façons de détruire strigoï et strigoïca, dans le corps d’un vivant ou d’un  mort : le décapiter, lui enfoncer un pieu dans l’oeil gauche ou le brûler. L’ail, les roses et – comme pour les sorcières d’eau – un fossé empli d’eau salée tiennent ces créatures à distance. Seul un démon habitant un cadavre peut être détruit par le soleil.

Écrire un premier commentaire